Vive une épreuve
Témoignages

Vivre une épreuve à des milliers de kilomètres l’un de l’autre

Voici le témoignage très touchant d’une femme de mili. Elle nous raconte ce que c’est de vivre une épreuve à des milliers de kilomètres l’un de l’autre…

Une épreuve…

Il y a plusieurs mois, lorsque mon mari était en opex pour presque 5 mois de mission nous avons vécu une épreuve difficile qui restera à jamais gravés dans nos mémoires et dans nos cœurs. Cette épreuve fait partie de nous, de notre histoire, et de notre vie.

Quelques jours avant que mon mari ne parte en mission j’ai appris que nous attendions un bébé ; cette jolie nouvelle dont nous rêvions tant tous les deux nous a réjouit et a d’une certaine manière adoucit le départ que j’appréhendais tant.

Mais malheureusement à 2 mois et demi de grossesse, j’ai perdu ce petit bébé tant désiré et déjà tant aimé…

Durant cette opex, communiquer avec mon mari était vraiment difficile entre le décalage horaire, un réseau médiocre, un emploi du temps très chargé pour lui avec beaucoup de terrains, des tempêtes de sable, d’innombrables imprévus… Tout cela compliquait encore davantage la situation. Lui annoncer cette nouvelle par téléphone a été terriblement difficile.

La grossesse étant trop avancée pour laisser faire la nature. Je n’ai pas eu d’autres choix que de subir une intervention chirurgicale dans les jours qui ont suivi cette annonce. À la sortie du bloc, le réveil que je redoutais tant a été infiniment douloureux, physiquement, mais moralement surtout. Je me suis sentie vide et seule. J’avais le cœur en miettes, broyé, transpercé, meurtri… Et mon mari, la personne dont j’avais le plus besoin à ce moment précis, se trouvait à des milliers de kilomètres…

… À des milliers de kilomètres l’un de l’autre

Difficilement joignable ! À ce moment-là je lui en ai voulu de ne pas avoir été à mes côtés, j’en ai voulu à l’armée, j’en ai voulu à… La terre entière !

Peu de temps après cette intervention des problèmes de santé m’ont obligés à être de nouveau hospitalisée et opérée à deux reprises.

J’étais vidée physiquement et moralement.

Mais j’ai eu l’immense chance, ce qui n’est certainement pas le cas de tout le monde malheureusement, d’avoir été très entourée dans ces moments difficiles par ma famille, ma belle-famille, et mes amis. On nous dit tellement souvent, à nous femmes de militaires, de préserver nos maris quand ils sont en mission, de prendre sur nous pour qu’ils puissent être 100% opérationnels sur le terrain et ainsi ne pas se mettre en danger et accomplir les missions qui leur sont confiées… Qu’il peut sembler difficile parfois de leur dire les choses…

Et pourtant je ne me suis pas posé de question cette fois-ci. Il fallait que je lui dise ! C’était trop important. Je ne pouvais pas lui mentir ou lui cacher la vérité. J’avais trop besoin qu’il sache, j’avais trop besoin de partager ce chagrin avec mon mari.

Il m’a soutenu du mieux qu’il a pu à distance. Il a été formidable ! Je sais que cette nouvelle l’a bouleversé. Je sais que tout ça a rendu sa mission particulièrement difficile et qu’il aurait aimé pouvoir être auprès de moi. Malgré mon chagrin qu’il portait à distance et son propre chagrin, il a continué de faire son travail, de s’investir à fond, de faire de son mieux, de faire ce qu’on attendait de lui. De faire ce pour quoi il s’était engagé tout simplement. Son retour en France et nos retrouvailles ont été une véritable joie et un grand soulagement.

Les retrouvailles

Quel bonheur et quelle délivrance de retrouver l’être aimé après toutes ces semaines particulièrement éprouvantes. Nous avons savouré chaque moment et pris soin de notre couple. Assez rapidement après son retour, nous avons pris le temps de parler de tout ce qui s’était passé pendant ces 5 mois. De la façon dont nous avions vécu les événements chacun de notre côté, de nos ressentis, de nos difficultés, de nos peurs… Mais aussi de nos espoirs et de nos projets pour les semaines et mois futurs.

Nous sommes ressortis grandis de cette épreuve, et ce malgré les milliers de kilomètres qui nous séparaient. On a pris conscience de l’importance et de la nécessité de se dire les choses, plus encore que nous ne le faisions déjà avant cette mission. Nous avons aussi mesuré combien le soutien de nos familles, de nos amis, et des frères d’arme de mon mari étaient précieux.

Je pense que l’on est (du moins que l’on se sent) plus vulnérable lorsque notre mili se trouve loin pour une durée importante et/ou indéterminée. Il faut tout gérer seule, tout porter, tout assumer…

Vivre une épreuve à des milliers de kilomètres l’un de l’autre…

Il peut arriver que le découragement, la fatigue et la solitude se fassent ressentir. Il me semble tellement important d’être bien entourée quand l’homme de la maison est absent. Que nous vivions des choses difficiles ou pas.

Car, rien que le quotidien, souvent bien chargé et ponctués d’imprévus, peut être à lui seul une véritable difficulté.

Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide autour de nous, il faut oser ! Vivre avec un militaire ce n’est pas tous les jours facile…

Cette vie pleine d’imprévus, de déceptions parfois, de surprises aussi, de rebondissements, de départs, de retrouvailles…

…Est aussi source de grandes joies !

Alors pour conclure ce témoignage…

Je voudrais simplement dire à toutes les femmes de mili : prenez soin (et prenez le temps !) de vous entourer de personnes bienveillantes sur qui vous pouvez compter ; notre chemin croise parfois celui de véritables anges-gardiens qui nous sont d’un grand secours quand notre militaire est loin !

 

Signé une femme de militaire.

 

Abonnez-vous à notre compte Instagram Les Aiglonnes, si vous voulez partager et/ou témoignez d’expériences de femme de militaire !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *