mutation femme militaire
Les Aiglonnes à...

Tahiti, un lieu de mutation pour une femme de militaire

Une Aiglonne à Tahiti. Voici le premier volet d’une série de présentations de lieux de mutation pour une femme de militaire. Cette idée nous est venue après de nombreux échanges et rencontres. Les sujets comme les déménagements, les séparations, les changements reviennent très fréquemment comme des sources de stress pour les conjointes. Nous avons eu l’idée de recueillir des témoignages venant des 4 coins de France et du monde afin de créer un répertoire des ces lieux d’affectations.

Nous commençons par un lieu de mutation bien exotique, que nous présente Mathilde, une femme de militaire.

Bonjour Mathilde, peux tu te présenter à la communauté des Aiglonnes avant de nous décrire ton univers bien particulier ?

Je suis maman de 4 enfants et nous sommes à Tahiti depuis 2018. Je suis femme de marin ! Ma passion la couture, le bricolage, aux couleurs gaies de La Polynésie Française.

Depuis combien de temps es tu ici, où habites tu ?

Nous sommes à Tahiti depuis 2 ans et habitons Papeete, la capitale. Elle est située au Nord de Tahiti. C’est l’île principale de l’archipel de la Société.

Quels sont selon toi, les points forts de la ville ? Des éléments que tu juges importants à transmettre à une nouvelle arrivée.

La question des logements ici est délicate, puisque nous ne le choisissons pas, il nous est attribué par le bureau des logements. Etant donné la distance entre cette mutation et la métropole, c’est un grand privilège de ne pas avoir à chercher nous même. Il est proposé en fonction de la composition familiale. Nous faisons quand même 3 demandes, en fonction du lieu de travail du conjoint militaire. Après le bureau fait au mieux, avec un parc qui n’est pas extensible. Eh Eh c’est une île après tout ! En raison de son intérieur très montagneux, l’île n’est habitée que sur une étroite bande longeant le bord de mer.

Le dépaysement

Une chose marquante est bien le dépaysement ! Le climat, la culture. Voici très certainement le gros point fort de cette mutation. On revient tellement à l’essentiel, à la simplicité. De plus, les polynésiens sont d’une gentillesse qui surprend par rapport à la métropole. Elle est authentique et vraie. Ici on peut confier son bébé à des inconnus dans la rue sans arrière-pensée ! C’est très reposant.

Le coût de la vie est très élevée. Le problème d’une île au bout du monde c’est que tout est importé. C’est pourquoi les salaires sont indexés. Cela veut dire qu’ils sont liés aux variations du prix du coût de la vie sur l’île. S’il y a augmentation, ils augmentent et inversement. En arrivant, on convertit encore en euros quand on fait les courses, mais il faut vite arrêter parce que cela n’a aucun sens, les repères ne sont pas les mêmes. Sinon on ne se nourrit plus ! Par exemple, un paquet de riz oscille entre 1 euros et 1.85 euros.

Du point de vue médical, il y a tout ce qu’il faut et les rdv avec des spécialistes (notamment les ophtalmos) se prennent sans délais. Un vrai luxe !

Petite question shopping, souvenirs et bons plans !! Que peux tu nous dire?

Niveau shopping mais surtout bons plans voici des adresses très sympas en tous genres.

Prokop, ce sont des artisans qui reproduisent ce que l’on souhaite sur de la nacre. Un travail canon dans la vallée de Hamuta, Pirae.

Mme carotte, c’est un atelier de graphisme, dessins et déco de maison colorées. En face du centre Vaima

Reva création, le petit magasin de vêtements bébés et enfants à croquer !!

Pour ce qui est des perles Mihiarii est une valeur sur ainsi que Vaimiti perles.

Vénus tissus pour vous procurer du tissus sympa !

Quand est il de la vie au régiment ? De la cohésion entre familles de militaires.

La vie sociale pour les familles de militaire est très riche et variée, grâce au cercle interarmées et aux nombreux clubs qui existent, on ne s’ennuie pas. La cohésion est forte du fait du caractère insulaire de cette affectation. On est tous dans le même bateau et pour un moment, alors on s’entraide.

Un bémol selon toi ? Ton point de vue pour cette mutation en tant que femme de militaire ?

A Tahiti le gros problème ce sont les bouchons, l’île étant un ancien volcan, les villes s’étirent sur la côte, il y a donc d’énormes bouchons matin et soir. Le choix des écoles est donc crucial, certaines se retrouvent à faire le taxi pendant des heures le matin.

Il est assez difficile pour les conjoints de trouver ici du travail, la priorité est donnée aux locaux. Bien que la population soit très accueillante, ils priorisent quand même les liens du sang.

Pour ce qui est des vacances, elles sont réparties différemment dans l’année, par rapport à la métropole. . Il y a des grandes vacances de 4 et 5 semaines en décembre et juillet. Puis des petites vacances de 2 semaines, à la Toussaint et Pâques. Pour rappel, en plus d’avoir les heures décallées de 12h, l’été est de novembre à mars et la saison fraiche d’avril à octobre.

Pour finir cette mutation est assez spéciale, c’est vraiment un monde à part. La Polynésie n’est pas un département français, c’est un territoire autonome donc il y a un gouvernement propre, une monnaie différente… et un décalage horaire de 12h avec la métropole, ce qui présenter quelques difficultés administratives (quand on doit joindre une banque ou pour l’obtention de papiers par exemple).  Détail important, la bas tout le monde se tutoie. Dire vous peut même être mal pris de la part des locaux. Pour ce qui est de la communication avec les proches en métropole, on réussi a avoir des créneaux compatible pour les joindre. Mais ce décalage crée vraiment une bulle, un monde à part duquel nous profitons pleinement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Aiglonnes

Le Blog des femmes de militaires

Découvre notre accompagnement pensé pour les femmes de militaire

Comment construire une carrière professionnelle avec un mari militaire ?