Témoignages

Le départ en mission raconté par une femme de militaire

Contenu : Vous trouverez dans cet article, le récit du départ en mission raconté par une femme de militaire. Plus précisément la veille du départ…

Un départ…

Il est 18h15, ce soir tu rentres tôt. Et pourtant j’appréhende depuis 2 jours cette soirée.
Tu rentres tôt, parce que demain à 4h je te dirai au revoir pour 4 mois…

Il est 18h15, tu devrais arriver d’ici 15 min, j’ai le souffle coupé, je n’ai pas envie que tu arrives.
Je n’ai pas envie d’entendre le moteur de ta moto si reconnaissable se garer en bas sur la place.

Je n’ai pas envie d’entendre les enfants crier de bonheur, en bavant sur la fenêtre “Papaaaaa”.
Je n’ai pas envie d’entendre mon pas dans l’escalier, qui fait d’habitude bondir mon cœur.
Je me souviens d’une discussion avec une personne que j’admire beaucoup, ma grande belle-sœur, dans laquelle elle me disait ” En fait les jours juste avant un départ c’est affreux, on a envie qu’il parte pour commencer le décompte. Et alors un report de départ… C’est encore pire”.
Je ne comprenais pas, ne vivant la chose que de loin… Je ne comprenais pas comment on pouvait avoir hâte que quelqu’un parte…

Mais voilà, j’y suis, nous y sommes… Nous le couple fusionnel, bisounours, douille-douille, les chats… Comme disent nos amis ! Tu arrives dans 15 minutes et je préférerais que tu sois déjà parti.

C’est un mécanisme de protection j’imagine, une bascule que l’on fait inconsciemment ! Le décompte devient positif puisque l’on ne voit plus que les dodos restant.

La première longue mission

J’avais peur, c’était notre première fois ! Nous avions pris le temps de préparer cette absence pour qu’elle se passe au “mieux”.

Je t’avais préparé des petits cadeaux à cacher dans ton sac avant le départ, un mini autel réalisé sur mesure, des photos, une tablette avec tes films et musiques préférés, des petits mots absolument partout… Du matériel de dessin facile à transporter que tu puisses illustrer ce livre que tu aimerais tant achever. Cette préparation m’a fait du bien, j’avais l’impression de mettre un bout de moi, de nous, dans ton sac. Tu nous verrais au quotidien !
Ainsi, pour les enfants nous avons fait un coin “papa” dans le couloir, avec deux minis boites aux lettres, un grand tableau aimanté, une carte du monde pour comprendre et se situer. Le tout placé à la hauteur de leur jolis yeux bleus.

Et bien sûr, un grand calendrier des dodos à colorier, ponctué des événements que nous allions vivre séparément. Tu as eu la belle idée de dessiner une histoire du soir, inventer en fonction de la passion du moment des enfants, “Nanouck et les baleines”et encore plus magique d’enregistrer l’histoire !! Je trouve l’idée très belle car c’est l’histoire de papa, que je ne peux pas raconter comme il n’y a pas de récit écrit… J’aime l’idée que papa ne soit pas totalement remplaçable, même absent ! C’est important à mon sens qu’ils comprennent que les mois qui suivront seront différents et que je ne pourrais pas faire comme si de rien n’était. Cela leur permet d’illustrer le fait que non” maman ne remplace pas papa, il n’est pas là”. Tu m’avais dit comme ça tu auras 7 minutes 34 de répit le soir quand ils écouteront les aventures de Nanouck.

La Veille du Départ

Pour finir, nous avions fait un sac à bisous, avec le nombre exact de bisous correspondant aux dodos sans papa… Pour également leur montrer que papa part loooongtemps ! L’idée étant que le soir ils déposent un bisou de papa sur la joue et dorment avec.

Cette préparation matérielle nous a beaucoup aidé en tant que parents, nous nous sentons prêts ! Reste à vivre cette épreuve de la veille du départ !

Pour nous ce sera une soirée tranquille en famille, la plus normale possible. Au menu des spécialités que tu mangeras dans ce pays ou tu t’en vas, toujours dans l’idée de rendre concret le départ pour les plus petits.


Il est 4h03, tu es parti pour 4 mois, je t’aime mon amour

Reviens-moi …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *