Femmes de militaire - Les Retrouvailles
Témoignages

Femmes de militaire : Les retrouvailles

Toutes les femmes de militaire connaissent ce moment… Les retrouvailles !

Femmes de militaire

Les retrouvailles.

C’est d’abord celles auxquelles on rêve dès l’instant où la porte se ferme derrière l’amoureux, le mari, le père qui nous manquera tant.

Celles qui nous font traverser les moments longs et difficiles de l’absence, les chutes de moral, les fêtes manquées.

Celles qui nous portent réellement dans ces départs que nous acceptons, un peu, de supporter pour avoir la joie de vivre ces retrouvailles.

Et puis c’est aussi la réalité, parfois un peu décevante de celles qui nous avions imaginé tant et tant de fois.

Les retrouvailles

Nous avons vécu déjà 5 retours d’OPEX en 4 ans, les quelques premières minutes sont toujours les mêmes : des larmes qui coulent en voyant les enfants surpris par cet instant qui est arrivé sans qu’ils le réalisent. Cet élan de tendresse qu’ils ont très spontanément. Je n’ai pas d’émotion plus forte que ces moments là, je pense.

Et je me sens immédiatement comme un marathonien en fin de course (bien que je ne sois pas spécialiste en la matière). D’un coup, la pression retombe, comme si j’étais suspendue pendant les mois qui se sont écoulés, impossible de faillir. Je sens ce poids s’enfuir. D’ailleurs, il n’est pas rare que je tombe malade ou que je me casse un truc dans les jours qui suivent !

Les premiers jours…

Les premiers jours ne sont pas si magiques que je les imaginais.

Chacun veut s’accaparer ce père/ce mari prodigue ! Les enfants ne le lâchent plus alors que je souhaiterais juste le retrouver pour moi toute seule.

Et puis, il faut qu’il retrouve sa place, qu’il reprenne les commandes du bateau conjointement avec moi, et ce n’est pas simple quand on fût le seul maître à bord. C’est difficile d’accepter que l’autre nous bouscule, et souvent ça donne naissance à de petites incompréhensions et rancunes. D’autant que c’est lui qui m’a laissé. Alors pourquoi faudrait il que je fasse des efforts pour lui laisser une place, lui, ce « déserteur » !

La fatigue est intense pour chacun de nous. Elle nous écrase un peu les premiers jours alors finalement le programme prévu et choisi n’est plus la priorité.

Donc, il nous faut beaucoup de temps à deux pour se ré-apprivoiser. Quand nous l’avons pu nous sommes partis en voyage pendant quelques jours. Sinon nous nous arrangeons pour faire garder les enfants pour un resto, une sortie. Cela prend un peu de temps, parfois deux semaines jusqu’à un mois et demi pour s’harmoniser.

Les enfants, c’est bien plus rapide, bien qu’il y ait quelques frottements au début, un peu de défis d’autorité, là aussi, Papa doit reprendre sa place.

Finalement, une fois les premiers jours passés, le bonheur d’être enfin réuni, d’être secondée prend le dessus.

Et nous savourons chaque moment passés en famille…

 

M.-A. G.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *