emploi conjointe militaire
Témoignages

L’emploi de la conjointe de militaire

3.7/5 - (3 votes)

L’emploi et la conjointe de militaire, l’heure du point !

 

« Je crois que lorsque l’on recrute un soldat, c’est toute une famille qui s’engage. » Florence Parly

 

Vendredi 27 novembre 2020, j’ai eu l’opportunité de participer au webinaire initié par la ministre des Armées, madame Parly, et en partenariat avec « Women Forces », réseau sur lequel je reviendrai plus loin. J’en profite donc pour vous raconter tout cela, comme promis, et vous faire part de mon ressenti !

Quels sont les faits ?

Tout d’abord un constat. Plus de 3 conjoints de militaires sur 4 sont sans emploi, que ce soit par choix ou par défaut. Ce sont essentiellement des femmes (je parlerai donc dans la suite de cet article au féminin).

En embrassant la vie au côté d’un militaire, nous sommes amenées, en tant que conjointes, à avoir une vie particulière du fait de la mobilité géographique, des absences et de la charge mentale que cela implique et également des CV atypiques. Un grand nombre d’entre nous souffrent de cette situation, parvenant à grand peine à trouver un équilibre entre vie privée, vie professionnelle et métier du militaire. C’est un sujet de préoccupation récurrent dans notre communauté d’Aiglonnes. Une étude a par ailleurs révélé un réel besoin d’écoute et de reconnaissance chez les conjoints.

 

La ministre a pris ce problème très au sérieux et semble bien comprendre les problèmes soulevés au quotidien par nos vies hors normes.

Elle a tenu avant toute chose à nous rappeler que la représentation de la femme de militaire est en train de changer, ce qui est une excellente chose ! Elle a rappelé que la profession de notre conjoint ne doit pas nous définir, que nous avons notre propre personnalité, nos propres aspirations, qu’elles comptent réellement et ne doivent pas rester enfouies.

Notre épanouissement ne doit pas entièrement passer après celui de notre conjoint. Mais attention, travailler n’est pas nécessairement synonyme d’épanouissement. Ce ne le sera que si cela nous fait envie. Il est donc particulièrement important, avec nos vies extraordinaires, de pouvoir choisir. Et ce ne doit pas être un luxe réservé à une partie d’entre nous. 

Dans cette optique, le ministère des Armées souhaite « rendre un peu de ce soutien que vous apportez à l’armée » et prendre des mesures concrètes car la reconnaissance fait chaud aux cœurs sur l’instant, mais ne suffit pas !

 

Quelles sont donc les solutions ?

 

C’est avant tout le « Plan Famille », déployé ces dernières années, et la mise à disposition de l’organisme « Défense Mobilité ».

Il faut noter qu’à partir de maintenant, 80% des affectations seront connues 5 mois avant la date de mutation. Le temps de séjour sera également mentionné sur l’ordre de mutation individuel. Je vous confirme personnellement ce dernier point car je viens de recevoir sur ma boite mail privée l’ordre de mutation pour l’été prochain avec le délai prévisionnel de séjour. Bien utile pour commencer, en toute sérénité, les démarches administratives en cas d’absence de son conjoint et pour mieux se projeter dans le futur !

 

La ministre a insisté sur trois points principaux:

1- Une meilleure connaissance du conjoint. Le but est de permettre l’écoute, la compréhension du conjoint en recherche d’emploi. Il est d’ailleurs question de la création d’un espace d’échanges dédié à la parole.

2-  Un meilleur soutien aux parents. Concrètement, cela passe par la multiplication de solutions de garde d’enfant. Un appel d’offres a été lancé auprès des structures de garde. Par ailleurs, en cas de déploiement sans préavis un budget de 1500 euros d’aide à la garde d’enfants sera proposé à la famille.

3- Une mise en valeur des talents. Le troisième point est la valorisation des talents. Il s’agira ici de mettre en place une passerelle entre le conjoint en recherche d’emploi et les entreprises.  En faisant un rapprochement entre les recherches des conjoints et les demandes des entreprises.

Le réseau « Women Forces »

Je tiens ici à glisser un petit mot sur le réseau « Women Forces ». A son origine, un petit groupe de conjointes de militaire et amies. Elodie, Mathilde et Camille. Elles ont créé, il y a 3 ans maintenant, un groupe sur Facebook, le fameux réseau Women Forces. Le noyau a été rejoint par Amandine, Armelle et Agathe. Elles avaient une idée en tête: faire bouger les lignes pour coller au mieux avec les attentes des conjointes de militaire.  Ce premier réseau professionnel de conjointes de militaire, rassemble à ce jour près de 4000 personnes.

Women Forces s’efforce de promouvoir l’emploi des femmes de militaire. Pour cela elles travaillent à :

– renforcer la  crédibilité des femmes de militaire sur le marché de l’emploi ;

– sensibiliser les entreprises à l’incroyable valeur professionnelle de ces mêmes femmes ;

– faire évoluer les politiques et sociales afin que les femmes de militaires bénéficient d’un meilleur accès à l’emploi et à des parcours professionnels satisfaisants.

Les WF agissent entre autre par la valorisation et le renforcement de la confiance en soi car nous sommes pleines de ressources insoupçonnées « monnayables » (adaptation, résistance au stress, loyauté, débrouillardise). Nous regorgeons de points positifs pour une embauche. 

Pour plus s’informations, n’hésitez pas à aller sur leur site women-forces.fr

 

Dans la droite suite du MINARM et de Women Forces, l’organisme « Défense Mobilité » nous propose des solutions et des aides très concrètes qui feront l’objet d’un très prochain article : bilan de compétences, formations rémunérées, forum d’emplois…

L’heure est au défi

En conclusion, je dirai que ce qu’il faut retenir de ce webinaire est : l’heure est au défi ! 

Avec le soutien de la ministre, l’aide concrète de Défense Mobilité, l’exemple des Women Forces, nous sommes désormais en mesure de saisir les opportunités et ce même en changeant de métiers, de programmes… Nous sommes encouragées à être plus heureuses et épanouies en tant que conjointe de militaire.

Profitons donc de ces solutions nouvelles qui s’offrent à nous pour nous émanciper économiquement mais surtout pour être plus heureuses au quotidien. Car n’oublions pas que nous sommes un pilier pour cette armée, la base-arrière, nos soldats ont besoin de nous pour être sereins et efficaces dans leurs missions. A nous de travailler à être un pilier solide aux fondations bien ancrées. Il nous faut juste oser, faire le premier pas.

2 Comments

  • ArmL

    Merci pour cet article !
    Cependant le constat du début me surprend : le chiffre avancé lors de cette journée est que 76% des conjoints de militaire sont en activité, à l’image de la saociété française (76% de couples bi-actifs). Alors en effet, en activité ne veut pas dire en emploi… Mais nous n’avons trouvé nulle part de chiffre mentionnant que 3/4 des conjoints seraient sans emploi. 🙂

    • Les Aiglonnes

      Bonjour, merci pour votre commentaire. L’information que j’ai pu retenir en terme de chiffes, c’est que comme dans les autres familles Françaises, 3/4 des conjoints sont sans emploi. La, il était question des femmes. Cela dit, comme vous dites cela ne veut pas dire sans activité. Mais ne rentrant pas dans l’une des cases officielles (salarié, fonctionnaire…). Pour ce qui est du chiffre de 76% des conjoints de militaire qui sont en activité, il s’agit peut-être des couples ou les 2 membres sont militaires?! Je vais creuser la question. Bonne journée

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *